Pas d’armes. Tournoi des Chevaliers. 14ème siècle. Vêtements médiévale.

Parmes, 14ème, siècle, tournoi, Chevaliers, Vêtements, médiévale.
Pas d’armes. 14ème siècle.

PAS D’ARMES.

Tournoi des Chevaliers. 14ème siècle. Vêtements médiévale.

LES pas d’armes étaient des combats qui s’entreprenaient par un ou plusieurs chevaliers. Ils choisissaient un lieu ordinairement en rase campagne, qu’ils proposaient de défendre contre tous venants, comme un pas ou passage qu’on ne pouvait traverser qu’avec cette condition de combattre celui ou ceux qui le gardaient.

Froissart nous a laissé une relation détaillée du pas d’armes défendu pendant trente jours, l’an 1390, par trois chevaliers français, contre tous venans du pays d’Angleterre ou d’ailleurs. J’en transcris ici le passage, qui peut servir à expliquer la planche suivante, copiée d’après une des miniatures qui accompagnent le récit de cet historien, dans un manuscrit conserve en Angleterre.

Les trois chevaliers apprenant l’arrivée des plus nobles chevaliers d’Angleterre et d’Écosse, ils envoyèrent tendre sur la place entre St-Juqueluert et Calais trois pavillons vernaux moult beaux et riches: et à l’entrée de chacun pavillon, et par devant avoir deux targes qui là pendoient armoises des armes des seigneurs: une large de paix et J’autre de guerre. Et était ordonné que ceux qui courir ou faire armes voudraient, à l’un d’eux dévoient toucher, ou envoyer faire toucher l’une des larges ou toutes deux  s’il leur plaisait: et ils seraient recueillis et délivrés de jouet, selon qu’ils demanderaient.

Les chevaliers français conduisirent à fin leur entreprise avec gloire. Pendant quatre jours ils soutinrent, sans vider les arçons, les assauts multipliés de l’élite des chevaliers anglais, et ils attendirent en vain pendant les vingt-six autres jours de nouveaux combattants.

COSTUMES

Le chevalier qui frappe sur l’écu de son adversaire, a le cimier orné de plumes blanches; la cotte d’armes est rouge, l’armure d’acier, et l’écu blanc traversé de deux bandes rouges. L’armure du cou et de la tête du cheval est dorée. La housse est blanche avec doublure bleue, et traversée par des bandes rouges. La bride est ornée de filets blancs et de franges rouges. La selle est de velours bleu, et l’étrier doré est soutenu par une courroie rouge.

L’écuyer de ce chevalier a une cotte d’ormes verte, l’armure est d’acier, les manches du pourpoint aout rouges et le bonnet est noir. Les harnais du cheval sont rouges avec des ornements blancs; la selle est de cuir brun.

Le chevalier dont la lance est brisée porte un écu blanc avec une bande bleue et trois étoiles d’or. Le casque a un dragon doré pour cimier. La selle est rouge et la bride bleue. L’armure du cheval est dorée. L’écuyer porte un bonnet et un pourpoint rouges avec une cotte d’armes bleue.

Le maréchal qui chasse le chien a la partie gauche jusqu’à la ceinture brun rouge, ainsi que la jambe droite: le reste est bleu. Les trois hérauts des tenants ont des cottes d’armes et des bannières ornées de leurs armoiries: ils sont placés à la barrière de la lice.

Source: Costumes historiques des XIIIe, XIVe et XVe siècles, extraits des monuments les plus authentiques de peinture et de sculpture, dessinés et gravés par Paul Mercuri, avec un texte historique et descriptif par Camille Bonnard. Auteur / Edit:. Bonnard, Camille. Lieu de publication: Paris Année: 1845. Editeur: Goupil et Vibert. 1ère édition francaise Paris: Treuttel et Würtz, 1829-1830.

Related: